Je suis pas douillet, je suis sensible !

mourir-sur-la-chaussee

Christian Hebell – unsplash.com

Cumul de fatigue dû aux vocalises nocturnes du tant attendu chérubin, je tombes malade. Un weekend prolongé, évidement.

Chérie me dit, qu’avec un nourrisson, il ne faut pas laisser traîner. Ok.

Mardi, jour de reprise, j’appelle mon médecin. Pas dispo, normal. Mais son interne peut me recevoir. Je prends rendez-vous.

Devant mon écran mes yeux et mon nez coulent. A chaque inspiration je grogne comme un sanglier. Je quitte plus tôt pour faire soigner ma gorge infestée.

Dans le métro, le conducteur signale des perturbations. Je préviens le médecin, remonte les Champs Elysées en courant pour prendre le bus, rêve de campagne et d’air pur puis je vois le bus passer.

Arrivé dans le cabinet en retard et agonisant j’attends 40 minutes. Une sublime jeune femme rentre dans la salle. Ralenti et cheveux au vent, elle m’appelle. Il me faut quelques secondes pour réaliser que c’est elle l’interne !

J’essaye de sauver les apparences, de la main droite je me recoiffe, de la manche gauche j’éponge le flux nasal.

Encore sous le choc, je bégaie en sortant ma carte vitale. A la profondeur de son décolleté, je suspecte une caméra cachée. Du coup je fixe son regard, si vraiment je passe a la télé, je veux pas tomber dans le piège.

Je me déshabille. J’ai pas fait de pompes depuis… j’ai jamais fait de pompes. Elle place délicatement le stéthoscope sur mon corps fiévreux. Cette complicité naissante meurt aussitôt quand elle m’enfonce un bâtonnet en bois au fond de ma gorge. A son goût, j’imagine qu’il est recyclé. Je me retiens de vomir, ça fausserait son diagnostic.

Le verdict tombe. Une petite rhino. une “petite ” rhino… touss touss snurff… Bombage du torse :
– “Oui, je me doutais que c’était pas grand chose, c’est plus pour m’assurer que c’est pas viral, vous savez avec un nouveau né…”
Je ne lui avoue pas que j’ai couiné toute la nuit.

Sans aucun respect pour mon ego, elle me prescrit du doliprane et du sérum physiologique. Et quand, avec la voix de Stallone, je demande un traitement pour la gorge elle me conseille de boire des boissons “lisses” ! C’est trop bête, faut que j’arrête le verre pilée !!?

A la sortie du cabinet, je me déleste des 2 litres de morve retenu durant la consultation. je relâche le torse et meurs sur la chaussée, dans l’anonymat.

Rassurez-moi, vous aussi vous êtes sensibles ?

D’autres trucs à lire

Posté le by Papa Moderne dans vie de daron

2 Réponse à Je suis pas douillet, je suis sensible !

  1. Completementpapa

    Au moins tu as de la chance, ton docteur a un décolleté.Ici c’est plutôt barbe et poils au torse ;).

  2. Papavocat

    J’ai eu la même il y a quelques semaines, avant l’arrivée du petit bout !! L’impression de crever toute la nuit, pour au final, se faire prescrire du doliprane pour une “petite angine bégnine”…!

Laissez un commentaire